user_mobilelogo
9 minutes reading time (1740 words)

Montage, installation et première configuration d'un NAS Synology

Montage, installation et première configuration d'un NAS Synology

SYNOLOGY DS2015xs

Qu'est-ce qu'un NAS ? Il s'agit d'un serveur de stockage en réseau, également appelé stockage en réseau NAS, boîtier de stockage en réseau ou plus simplement NAS (de l'anglais Network Attached Storage). C'est un serveur de fichiers autonome relié à un réseau dont la principale fonction est le stockage de données en un volume centralisé.

Dans ce test matériel nous allons utiliser un Synology DS2015xs. Dans ce premier opus nous allons voir le montage et comment configurer pour la première fois un NAS Synology. Nos tests seront effectués sur la version DS-2015XS mais cela reste valable pour toutes les versions des NAS Synology. Synology est une marque référence en matière de NAS, c'est une marque fiable et robuste.

Dans les volets suivants nous détaillerons le fonctionnement du système d'exploitation DSM, dans sa version 6.

 

Déballage

Le Synology est socké dans un carton de bonne facture et très bien protégé à l’intérieur. Il n’y a pas beaucoup d’accessoires mais juste ce qu’il faut pour brancher l’appareil au courant et 2 câbles réseau catégorie 5 FTP. Le connecteur SFP+ n’est bien sûr pas présent.

Les dimensions du carton sont 44x34x27.5cm (lxPxh). Le serveur en lui même mesure 34x23x15.7cm (lxPxh). 

 

Caractéristiques

Ce serveur possède un CPU Annapurna Labs Alpine AL-514 à quatre coeurs et 1.7 Ghz de fréquence. 4 Gb de mémoire vive sont présents, un emplacement est vide pour étendre cette dernière. Les caractéristiques materielles complètes sont disponibles à partir de ce lien https://www.synology.com/fr-fr/products/DS2015xs#spec

 

Installer les disques durs

Le boitier DS2015XS dispose de 8 emplacements de disques durs. Ces emplacements peuvent être fermés par la clé livrée avec le NAS. Au déballage les racks sont ouverts. Pour installer le disque dur il suffit d’enlever le rack en appuyant sur la partie inférieure de ce dernier. Tirer le rack vers soi. Sur les côtés du rack il y a deux parties en plastique à retirer.

Placer ensuite le disque dur en le faisant concorder avec les trous sur le côté et replacer les deux parties en plastique pour verrouiller le tout. Remettre le rack en place en appuyant à nouveau sur la partie inférieure du tiroir. Et voilà !!!

 

Connectiques arrières

Le synology DS-2015XS possède à l'arrière deux ports USB 3.0. Il est doté de deux ports Gigabit cuivre, mais également, et c'est là que réside sa puissance, de deux ports SFP+ 10 Gigabit (connexion fibre optique).

Deux ventilateurs de 120 x 120 mm sont chargés de refroidir les huits disques durs.

 

Premier démarrage

Par défaut le boitier Synology reçoit une adresse IP de la part du serveur DHCP présent sur le réseau local, soit très souvent la box internet.

Nous pouvons donc retrouver son adresse IP en listant les périphériques connectés à la box internet depuis le panneau d’administration de cette dernière. Toutefois Synology a prévu un outil pour cela, il s’agit de « l’assistant Synology ». Pour le télécharger rendez-vous sur le centre de téléchargement à l’URL : https://www.synology.com/fr-fr/support/download

Sélectionnez le type de NAS que vous détenez (de 1 à 12 baies), puis le modèle exact. Pour s’y retrouver dans la liste de tous les modèles, sachez que le premier chiffre signifie le nombre de baies et les deux suivants l’année du modèle. DS215 signifie donc 2 baies modèle de 2015. Les modèles suivis de la lettre « j » font partis de la gamme « low cost ». Les modèles avec un « + » sont les plus performants. Play signifie qu’il s’agit d’un modèle spécialisé dans la lecture des medias vidéos (média center).

Synology assistant

Une fois l’application lancée, la recherche s’effectuera automatiquement. Vous verrez apparaître le NAS avec la mention « Non installé » dans la colonne « Statut ». Faites un clic droit sur la ligne du NAS et cliquez gauche sur « Installation ». Une boîte s’affiche vous demandant de sélectionner l’emplacement de votre fichier d’installation.

 

 

Mise à jour du firmware

Le NAS que vous avez reçu ne détient pas la dernière version de DSM. Sur la capture ci-dessus dans le champ « Version » nous pouvons voir 5.1-4977.

Au jour de l’installation la version de firmware est au 5.2.

Téléchargez le firmware à jour toujours à l’URL https://www.synology.com/fr-fr/support/download. Vous devez obtenir un fichier portant l’extension « .pat ». Cliquez sur suivant une fois le firmware sélectionné.

 

Informations serveur

Il est temps maintenant de renseigner le mot de passe du compte « admin ».

Attention : il s’agit du compte détenant les pleins pouvoirs, il convient donc de choisir un mot de passe très sécurisé, surtout si vous avez l’intention d’ouvrir votre Synology sur l’Internet.

Donnez ensuite un nom à votre serveur. Il s’agit du nom que votre SYNO aura sur le réseau.

Par défaut la case « Créer un volume Synology Hybrid RAID (SHR) après l’installation » est cochée. Le SHR est le système de gestion de RAID propriétaire à Synology.

Nous vous conseillons d'opter pour cette option car ce système s’avère rapide et souple en cas de reconstruction du RAID suite à la panne d’un disque dur. Si vous décochez cette option vous devrez créer vous-même le volume de stockage après l’installation, nous verrons cette possibilité plus loin dans le test. SHR est disponible, en fonction du nombre de disque que vous détenez et en deux versions. SHR1 vous fait perdre l’équivalent d’un disque pour la redondance et SHR2 vous prendra 2 disques.

Si vous souhaitez connaitre plus en détail les avantages du SHR nous vous conseillons cet article disponible à cette URL : https://www.synology.com/fr-fr/knowledgebase/tutorials/492

 

Configuration réseau

 

Nous allons voir à présent comment configurer le réseau.

Deux choix sont possibles :

- Laisser le serveur DHCP choisir l’adresse IP à attribuer à votre syno.

- Attribuer une IP fixe soit même.

Ici, nous avons fait le choix d’attribuer nous-même l’IP.

 

Le syno procède à l’installation du système.

Une fois tout ceci terminé vous pouvez vous connecter à votre SYNO soit en cliquant sur le lien bleu « Se connecter à Serveur2015xs » soit en rentrant dans votre navigateur l’adresse IP de votre SYNO. L’URL sera modifiée automatiquement part l’ajout du numéro de port 5000. Il s’agit du port HTTP par défaut pour accéder au webmanager.

Nous verrons plus loin pour paramétrer la connexion en HTTPS en utilisant le port 5001 ou un autre port de votre choix.

 

A la première connexion il vous sera demandé quelle politique de mise à jour du firmware vous souhaitez mettre en place.

Pour des raisons de sécurité évidente nous choisissons « Installer la dernière version automatiquement » ceci permet au SYNO de se mettre à jour de manière autonome selon une planification que vous choisissez juste en dessous. Ce choix nous permet de bénéficier de la toute dernière version du firmware. Si nous sommes dotés de la version 5.1 nous passerons automatiquement vers la version 5.2. Dans cet exemple nous vérifions toutes les nuits à 02h30 la présence d’une mise à jour.

« Installer les mises à jour importantes automatiquement » fait la même chose que ci-dessus mais les mises à jour ne seront opérées que sur un même cycle de développement du firmware. Par exemple si je suis en version 5.1 build xxxx, je serai mis à jour vers la 5.1 build yyyy si un problème de sécurité apparait mais je n’aurai pas la mise à jour 5.2.

Quant au troisième choix, il télécharge la mise à jour mais ne l’installe pas automatiquement. C’est vous qui faites votre installation manuellement. Cela peut s'avérer nécessaire lorsque vous utilisez des volumes chiffrés avec un montage non automatique et que votre NAS doit rester accessible depuis l’extérieur. En effet lors de l’installation d’un nouveau firmware, le comportement par défaut est de redémarrer le serveur. Les volumes de stockage sont par conséquents démontés et non accessibles au redémarrage sans connexion au DSM.

 

 

Nous voilà maintenant avec notre DSM installé. Détaillons ici les divers éléments composant l’interface.

1°) Le menu principal qui permet d’accèder à toutes fonctionnalités du Synology.

2°) Le centre de paquets permet d’installer des extensions logicielles supplémentaires (serveur web, FTP, antivirus, etc…).

3°) Le panneau de configuration qui permet, entre autre, de modifier la configuration du Synology (réseau, volume, utilisateurs, groupes, etc…).

4°) Le FileStation qui comme son nom l’indique permet d’avoir accès aux fichiers présents sur le SYNO. C’est l’équivalent de l’explorateur Windows.

5°) L’aide du DSM.

6°) Les notifications. Ici apparaitront tous les messages de notifications (Disque dur HS, Mise à jour, etc…).

7°) Les options qui permettent notamment de configurer un compte mail ou la double authentification, mais également de redémarrer ou éteindre le SYNO. La déconnexion de l’utilisateur se fait également par là.

8°) Recherche. Vous pouvez rechercher dans ce champ des éléments de configuration présents dans l’interface du DSM. Il ne s’agit pas d’un moteur de recherche de fichiers.

9°) Les widgets. Pour gérer leur affichage.

10°) Les différents widgets. Vous pouvez ici en rajouter, les supprimer ou les déplacer.

 

Vérifier la création du volume

Cliquez sur l’icône du menu principal et sélectionnez « Gestionnaire de stockage ».

La vue d’ensemble vous permet d’avoir un rapide aperçu du système en place. Ici nous pouvons voir que le volume a été créé correctement. 8 disques sont présents.

Allons voir le « volume » en détail.

Nous voyons ici le détail de tous les disques durs présents sur le système, ainsi que le système de fichier employé. Il s’agit ici de Synology Hybrid RAID 2, la protection des données est donc assurée par deux disques durs. Si vous n’avez rien à cet endroit, c’est qu’il vous faut créer le volume de stockage. Cliquez alors sur « créer ».

Le bouton « gérer » permet d’effectuer une recherche et un nettoyage des incohérences de données présentes sur le volume.

Si d’autres disques durs sont présents ou si vous en rajoutez, vous pouvez également étendre le volume. Le bouton « Configurer » permet de modifier la taille de l’unité d’allocation LUN. Cette modification est irréversible.

L’onglet HDD/SSD permet d’afficher les informations des disques durs notamment la température.

« Infos sur la santé » permet d’aller plus loin dans les informations disponibles. Des informations SMART sont présentes ainsi qu’un historique.

A l’aide du bouton « Test SMART » vous pouvez lancer un test rapide ou étendu des disques durs.

Vous pouvez planifier les tests SMART en cliquant sur l’onglet « Planificateur de test ». Vous recevrez par mail les résultats de ce test (nous verrons le paramétrage ultérieurement).

Ainsi se termine cette partie. Vous avez maintenant un serveur Synology pleinement fonctionnel, mais il reste encore de nombreuses configurations à effectuer pour utiliser toute la puissance de ce serveur...

La suite au prochain article...

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une expérience personnalisée, réaliser des statistiques, aucun usage publicitaire.

La poursuite de la navigation vaut accord au dépôt de cookies sur votre terminal.